Derrière chaque surpoids il y a une souffrance

Il est intéressant de se demander comment on a pris du poids tout au long de notre vie.

 

Bien souvent ce sont les femmes qui viennent me consulter pour un mal être et un désaccord avec leur corps, mais les hommes ne sont pas en reste, ni à l’abri. Les femmes sont cependant plus soumises à la pression sociale, pour ressembler à l’être parfait qui fait rêver les hommes, qui rentre dans les vêtements des magasins, qui est admiré sur la plage et qui fait le ménage tout en restant séduisante et sexy !

 

Qu'est-ce que l'homéostasie ?


C’est la capacité que possède le corps de toujours faire en sorte d’être bien. Cela fait appel à notre guérisseur intérieur, celui qui soigne nos bobos et qui écoute et prend en compte la gestion de nos douleurs, mais aussi à notre capacité de susciter un bien-être et un calme intérieur.
L’homéostasie c’est la stratégie que met en place notre corps pour être en paix et en équilibre. Cette paix et cet équilibre se construisent en fonction de ce que la personne a vécu. Pour cela notre corps mémorise des moyens mis en œuvre dès notre plus jeune âge.

 

Si quand on s’est fait mal, maman nous donne un gâteau ou un bonbon, le corps va mémoriser ce moyen pour être en paix et au calme, voire guéri.


Si notre corps n’a connu que les coups et qu’il finit par trouver cela normal, son équilibre sera recherché dans des situations de violence envers lui-même, et il aura du mal à être apaisé dans des situations calmes ou avec des émotions d’amour.
Cela rejoint le travail effectué par Lise Bourdeau sur les blessures de l’âme, infligées dans notre plus jeune âge.
Le corps a plusieurs façons de réagir face à des situations stressantes pour lui (elles sont toutes différentes selon l‘histoire de la personne). Par exemples, il peut se récompenser en s’apportant de la douceur avec le sucre : la personne prendra du poids principalement sur le ventre. Le ventre arrondi et la petite bedaine ont toujours été synonymes de douceur maternelle ou de bonhommie.
Il peut  aussi se protéger en augmentant sa consommation de gras. Il prendra alors du poids partout, principalement cuisses, fesses et bras, puis ventre, créant comme une carapace autour de lui pour tenir les autres à distance
Il peut fuir en étant le plus sec possible, prêt à bondir en cas de danger, ce sont les personnes qui mangent très peu ou qui ne grossissent pas quand elles mangent.  Ces personnes sont souvent enviées alors qu’elles souffrent de leur maigreur et leur impossibilité à avoir des formes sexuées et d’ainsi accueillir leur identité sexuelle d’homme ou de femme (et de maman).

 

Derrière chaque problème de poids il y a une blessure et une souffrance.

 

Depuis plus de 15 ans que j’accompagne des pertes de poids, je me suis souvent demandée pourquoi il était si facile de perdre du poids et pourquoi les personnes reprenaient si souvent leur poids après l’avoir perdu.
La réponse m’est apparu quand j’ai étudié la kinésiologie : parce que les émotions qui vont avec ne sont pas traitées !
Quand une personne vient me dire qu’elle a pris beaucoup de poids il y a 3 mois, ma question est toujours : que s’est-il passé dans votre vie il y a 3 mois ?
Comment vous êtes-vous senti ? Avez-vous besoin d’être protégée ? A quel besoin a pu répondre votre corps pour changer son poids ?
Que portez-vous sur vos épaules qui commence à être lourd à porter ?
Et surtout, si vous perdez du poids comment allez-vous vous sentir dans votre nouvelle image ?
J’ai aussi pu observer et regrouper avec d’autres observateurs, que plus de 50 % des personnes en obésité, plutôt à morphologie grasse, donc protection, ont subi des violences sexuelles. La réponse du corps est alors de les protéger mais aussi de les rendre moins désirables, moins irrésistibles car bien sur ces personnes gardent une part de culpabilité en elles.
Leur faire perdre du poids sans travailler sur la blessure profonde ne pourra pas donner une perte de poids durable.
Comment la personne va-t-elle gérer la nouvelle image de son corps, le regard des autres sur elle et le fait de pouvoir s’habiller plus joliment, plus sexuée ?  Le corps n’acceptera d’enlever cette protection que si le danger est écarté, c’est-à-dire que la personne a éliminé le stress provoqué par le regard des autres ainsi que sa culpabilité d’accepter de recevoir des actes de violence. (Bien souvent la culpabilité se situe aussi dans le fait que la personne croit que c’est elle qui a provoqué cette violence)
Les divorces, les licenciements, les examens, la perte des êtres chers, tout cela a une incidence sur notre façon de nous alimenter et de nous apporter du calme et de l’équilibre.
Il m’arrive aussi d’avoir des enfants en consultations, des enfants en surpoids, nourris par des parents qui compensent leurs absences ou leur culpabilité en gavant leurs enfants de produits sucrés et/ou gras ; de produits plaisirs ! Ces enfants ne font pas leurs courses et ne préparent pas leur repas. Il est donc intéressant d’interroger les parents sur leurs souffrances et leurs besoins ainsi que ceux qu’ils créent chez leurs enfants.
Mais le plaisir est forcément sucré et gras chez les publicitaires. Nous rendons nous seulement compte à quels points ils influencent notre mode de récompense ? Pourquoi un bon fruit ne suffirait il pas à nous réconforter ?
Dans notre monde moderne il est difficile d’être en paix avec son corps. Il y a nos émotions mises a rudes épreuves, notre image que l’on veut toujours plus jeune et dynamique, notre recherche de perfection……

En finir avec la quête de perfection


Parlons-en de la perfection, qui nous rend tous responsables de ce qu’on est ou pas et qui fait que si maman a toujours fait attention à être mince et à nous renvoyer une image de grosse, notre corps va adopter le comportement contraire d’elle, en signe de révolte. La perfection qui nous fait dire stop je serais tout le contraire, puisque j’ai trop peur de ne pas être parfait, je choisi d’être imparfait et énorme pour qu’on me remarque !
Et si on choisissait d’être comme on est !

Il y a des petits ventres qui veulent dire qu’on a été maman, des tailles qui annoncent un changement d’âge, des formes qui sont faites pour mettre des robes évasées, des autres qui permettent des robes près du corps …..  Il n’y a pas de poids idéal,  il y a un bien être idéal !
Ce bien être c’est le poids qui ne nous fait pas souffrir, qui nous permet de faire ce que l’on veut, de bouger comme on veut. C’est le poids qui ne veut pas dire je me protège, c’est le poids qui veut dire je me montre telle que je suis, telle que je me sens bien.
C’est le poids qui dit je me fais plaisir de temps en temps, un vrai plaisir que je savoure, pas un plaisir que j’ai oublié 5 secondes après l’avoir mis dans ma bouche et que je remplace par de la culpabilité sitôt après
Quand la personne va bien son corps va naturellement vers un équilibre, un poid stable… il ne restera plus qu’à travailler l’acceptation  de ne pas être comme la mannequin de 15 ans qui en parait 30 ou qui est passée par les mains de photoshop
Je ne suis pas photoshop, je suis la personne qui va vous aider à faire la paix avec votre corps pour qu’il accepte de perdre du poids, si vous le voulez bien et si vous acceptez de travailler avec moi. Je ne suis que le facilitateur, celle qui peut vous montrer le chemin, mais il faudra accepter de le suivre et d’aller à la rencontre de vous-même, pour mieux renaitre à la vie que vous voulez vraiment en faisant connaissance avec qui vous êtes vraiment.

Mon atelier pour votre mieux-être :

HELIES - L'atelier

23 rue Madame de Caylus

79 000 NIORT

06.60.67.30.89

     Infos, conseils et idées pour mieux être chaque jour


Page facebook helies mieux etre
Page google  hélies mieux etre
Instagram Helies Sabatier
Tumblr - blog Helies
Contact helies